Yan Morvan expose ses photos de gangs à Paris

Yan Morvan, exposition Gangs
Yan Morvan, exposition Gangs à la galerie Sit Down

[Pige] – Reporter-photographe de guerre et des marges sociales à la carrière  impressionnante, Yan Morvan, présente son travail sur les gangs français à la galerie Sit Down, du 25 janvier au 22 février. 

Yan Morvan a pris sa dernière photo de gangs en 2012. Les photos sélectionnées illustrent ses pérégrinations urbaines des années 1970 à nos jours. Le travail de Yan Morvan est une diagonale allant des bandes des blousons noirs à celles des quartiers. Il s’intéresse par exemple aux Hells durant ses jeunes années. Et, pareillement à Hunter, l’expérience se termine mal. Un épisode qu’il n’évoque pas avec plus de plaisir que cela.

« J’ai fait beaucoup de guerres, vu beaucoup de choses. Mais ce que je retiens c’est qu’un chef de bande ou un homme politique partagent les mêmes envies comme le pouvoir, les femmes. Ils veulent exister. Mais bon : si vous naissez à Sarcelles c’est effectivement beaucoup plus compliqué pour devenir président de la République. On a tendance à l’oublier dans nos sociétés, mais à l’origine du monde l’être humain montrait sa force. C’est le mammifère le plus sauvage de la planète car il a éliminé quasiment, par la force, la majorité des autres animaux. »

Sanction immédiate

Les gangs sont une matière de travail complexe. Il faut déjà arriver à les côtoyer et, surtout, pour ne pas avoir de problèmes, respecter ses engagements. À propos d’engagement, Morvan rappelle qu’à Marseille certaines fusillades s’expliquent parce que les malfrats ne les respectent pas. « Ils se font retourner par les flics et ils se font ensuite abattre. Dans un gang si vous faites une connerie, comme balancer des informations aux flics, vous vous faites casser la gueule. La sanction est immédiate. Dans un gang, contrairement à la société civile et à la société bourgeoise, la parole est d’or. »

Valeurs familiales

Morvan porte un regard acéré sur les dysfonctionnements de la société. Et il note que la réussite individuelle prônée au détriment du collectif est une logique qui s’arrête aux portes des gangs : « notre société est de plus en plus disloquée et les gangs représentent des valeurs familiales. »

Le photographe rappelle aussi que tous les gens qui évoluent dans les gangs ne sont pas des « illuminés » assoiffés de pouvoir. « Une majorité des mecs veulent regarder le foot à la tv, avoir une épouse et un travail, prendre des vacances de temps en temps. Mais il n’y a que le chômage. » Dans ce contexte, le trafic de stupéfiants représente le principal débouché et l’argent généré fait vivre des familles, voire des cités entières.

Un livre retiré de la vente

Les photographies de Yan ont été publiées dans le livre Gangs Story qu’il a fait avec Kizo, un ancien chef de bande. « Il a les mots. C’est du vrai. Ce n’est pas condescendant. Ce n’est pas un truc téléguidé par une rédaction, façonné. C’est du réel. »

Édité par La Manufacture de livres, l’ouvrage a été retiré de la vente à cause d’une photo montrant un skinhead.

Guillaume Roche

Contacter l’auteur

Exposition Gangs – Yan Morvan, du 25 janvier au 22 février à la galerie Sit Down

Retrouvez l’article publié le 01/02/2014 pour Fluctuat.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*